L’empreinte optique en implantologie

L’empreinte optique en implantologie

Dr Gérard Duminil
  • Article paru dans l’information dentaire n° 12 – 28 mars 2018
  • Prise d'empreinte optique
Layer
Layer
Layer
Layer

La possibilité de prendre l’empreinte d’un site implanté est liée au fait que le système implantaire dispose des composants nécessaires sur le plan clinique et de leurs analogues virtuels dans les bibliothèques des logiciels de CAO. Ces dernières années, une grande majorité de fabricants ont travaillé en ce sens, offrant ainsi la possibilité de réaliser la prothèse implanto-portée à partir de l’empreinte optique.

Comme pour la méthode classique utilisant des élastomères, le principe est de situer avec précision l’implant dans les trois plans de l’espace en rapport avec les dents adjacentes et l’environnement muqueux. Pour cela, il faut utiliser un transfert spécifique compatible avec l’empreinte optique et que le logiciel de CAO dispose de son analogue virtuel. Nous allons illustrer notre propos au travers d’un cas clinique simple : l’empreinte d’un élément unitaire en position de 46 . La solution prothétique envisagée est un faux moignon personnalisé et une couronne…

Image module
Image module
Image module
Image module

Ici aussi, dans le domaine de la prothèse implantoportée, l’empreinte optique apporte rapidité et simplicité dans les phases cliniques tout en faisant preuve d’une grande précision. Les limites actuelles sont l’espacement des piliers et les cas d’arcade entière pour lesquels la validation n’est pas encore obtenue.

Dr Gérard DUMINIL
Télécharger la publication complète